Étiquettes

, ,

Parmi les nombreuses collaborations de Helmut Newton avec la presse, impossible de passer à côté ses photos pour le (!) Vogue Paris. Des années durant, il a marqué l’ADN du magazine avec un style impertinent et un sens de l’élégance provocatrice qui ne se prive pas de flirter avec ce que l’on baptisera un peu plus tard le « soft porn ». Pas étonnant donc que ce style soit resté comme une empreinte ineffaçable dans les séries modes du magazine, et ait fini par inspirer de nombreux autres titres de la presse magazine.

Les photos du Vogue Paris de 2000 à aujourd’hui: 100% Helmut

1. Belles de nuit.

Among Helmut Newton’s numerous collaborations with the media, it is impossible not to talk about his pictures for the French Vogue. For years he has been putting its print on the magazine’s DNA with an irreverent style and a sens of provocative elegance which often flirts with what will be later called « soft porn ». No wonder that such a print has stayed in Vogue since then. It often inspired other woman and fashion magazines.

Vogue Paris’s pictures from 2000 to today: 100% Helmut.

1. Belles de nuit.

NewtonVogueParis

Helmut Newton, Vogue Paris, 1970

Mariotestino

Mario Testino, Vogue Paris, 2008 (encore)

La série originale de Newton était consacrée au style de Jackie Onassis, d’où les lunettes mouches et la perfection du brushing-coque. Mais comme pour Helmut « Une bonne photo de mode doit ressembler à tout sauf à une photo de mode », ce cliché raconte une vraie histoire. Une lumière de nuit, un trottoir parisien, un regard de biais, furtif, façon star incognito derrière des lunettes noires: on devine un scénario à la Belle de jour.

Chez Mario Testino, l’allusion semble évidente. L’angle et le décor sont les mêmes, et si la photo est en couleur, elle montre avant tout des nuances de gris (quand on parle de soft porn, décidément…). Ce qui a changé, de 1970 à 2008, c’est l’allure de cette bourgeoise sexy en promenade de nuit. La discrétion effarouchée n’est plus de mise, le pas se fait conquérant, et on brandit son majeur comme un défi face à un militant anti fourrure aux allures de paparazzi.

2. Vilaines dominatrices en noir et blanc.

On connaît le goût de Helmut Newton pour tout ce qui choque et fait SM sur les bords. Son oeuvre est parsemée de paires de seins qui prennent l’air, de dentelles noires transparentes et de porte-jarretelles apparents. Quand on ajoute une pause équivoque ou un accessoire comme une cravache, un casque à pointe ou une casquette de flic, la subversion est à son comble. Graou.

Newton’s original series was a tribute to the style of Jackie Onnasis. Hence the big shades and the perfection of the hair. But since, as Helmut Newton says « A good fashion picture must look like anything but a fashion picture », this one tells a real story. A dark night, a Parisian pavement and an oblique and furtive look: everything is there to suggest a Belle de jour like scenario.

In Mario Testino’s picture, the allusion to Newton looks obvious. Same point of view, same staging, and although the picture is in colors, it shows above all different shades of grey (speaking about soft porn…). What has changed since 1970 is the attitude of this sexy parisian bourgeoise taking a night walk. Shy discretion are old fashion, her pace has become more conquerant-like, and she now points her finger as a provocation to  this anti-fur activist looking like a paparazzi.

2. Bad girls in black and white.

We all know how fond Newton was of everything shocking and a bit SM. His work is scattered with big naked breasts, transparent black lace and showing garters. Add an ambiguous pause or an accessory such as a crop, a spiked helmet or a cops cap, and subversion is at its highest. Grrr.

Helmut-Newton-stern 1976 paris

Helmut Newton pour Stern Magazine, Paris, 1976

TomMunroKatie Holmes par Tom Munro pour le Vogue Espagnol, 2006

Katie Holmes seen by Tom Munro for the Spanish Vogue, 2006